Congé de proche aidant

Nouveau dispositif : le congé de proche aidant

Parmi les changements entrés en vigueur depuis le 1er janvier 2017, le gouvernement a décidé de remplacer le congé de soutien familial en congé de proche aidant.

Le congé de proche aidant permet aux salariés de s'absenter de leur poste de travail pour aider au quotidien un proche en perte d'autonomie.
Le salarié peut suspendre complètement son activité ou travailler partiellement. Cette période peut durer jusqu'à 3 mois, elle est renouvelable mais ne doit pas dépasser une durée totale d'un an.

L'aidant peut venir en soutien :
• d'un proche de sa famille
(4e degré maximum : frère, sœur, tante, oncle, cousin(e) germain(e), neveu, nièce...)
• de son conjoint
• d'une personne de la famille de son conjoint (4e degré maximum)
• d'une personne de son entourage qu'il aide régulièrement et qui ne fait pas forcément partie de sa famille

Pour obtenir ce congé, le salarié doit formuler sa demande auprès de son employeur en lui faisant parvenir un document datée (papier ou électronique) où il indique sa volonté d'obtenir ce congé de proche aidant et la date de son départ. Ce courrier doit être envoyé dans un délai d'un mois minimum avant le début du congé, sauf en cas d'urgence. A la suite de cet envoi, l'employeur ne peut pas refuser ce congé si le salarié remplit toutes les conditions nécessaires.

Avec ce nouveau droit, la loi reconnaît alors l'investissement des 8,3 millions de personnes qui soutiennent et accompagnent au quotidien un proche en perte d’autonomie.

Pour en savoir plus :
Site internet du Service publique